Pourquoi adopter une stratégie de marketing digital pour sa PME?

Faut-il réellement digitaliser son entreprise ou accélérer de nouvelles formes de croissance ? On fait le point sur cette question.

En quoi consiste la digitalisation de l’entreprise ?

Ce terme emploie de nombreuses actions stratégiques qui concerne autant les structures commerciales, que les administrations. Le phénomène de digitalisation s’appuie sur l’usage massif des nouvelles technologies pour améliorer les procédures d’une organisation. En d’autres termes, ce procédé ne date pas d’hier, car l’optimisation des ressources fait partie des qualités d’une entreprise rentable.

À partir du moment où le dirigeant cherche à optimiser ses marges par le biais de nouvelles méthodes, il rentre dans le cadre d’une digitalisation. Ces dix dernières années, l’accélération de l’usage des outils innovants s’est accrue. Après tout, quel travail échappe-t-il à l’usage d’un ordinateur ? De moins en moins.

Forcée de constater que la machine fait son entrée dans de nombreuses activités, la digitalisation influence le comportement des consommateurs. Avec l’apparition du smartphone, ils peuvent comparer immédiatement un produit et vérifier sa popularité au travers des avis.

Concrètement, cette mutation entraîne des modifications dans des secteurs entiers tels que le voyage, l’investissement, l’équipement. En réalité, le smartphone a donné du pouvoir aux acheteurs, car ils détiennent entre leurs doigts (avec un accès à internet) toute l’information disponible. 

Les effets de la digitalisation dans une entreprise

La digitalisation s’opère sur deux aspects distincts. La première concerne les actions internes, alors que le second vise à générer de la croissance économique.

Dans le second versus, il s’agit de la digitalisation interne, la digitalisation prend forme dans l’obtention d’infrastructures informatiques (industrielles ou commerciales) qui visent à améliorer les procédures et par conséquent l’efficacité.

Sachant à quel point les gains de productivité peuvent changer la donne, on comprend mieux pourquoi certaines sociétés se dirigent vers la digitalisation. À cela, ces choix se concrétisent sur plusieurs aspects.

Par exemple, il se traduit par l’acquisition de logiciels spécifiques qui optimisent la production (comment optimiser la production de béton). Le choix d’un CRM adapté en fait partie. Autre exemple, l’installation d’un internet va automatiser l’envoi des fiches de paie, ou encore gère les demandes de prise de congés à travers le réseau social interne.

Dans le domaine externe, il s’agit de conquérir de nouveaux prospects en s’attardant à créer des contenus qui aident les clients potentiels. Dans ce cas, il s’agit de créer un contenu pour une multitude de personnes.

Aujourd’hui, la plupart des grandes entreprises consacrent des budgets colossaux pour maintenir une relation privilégiée avec sa clientèle. Pour ce faire, ces groupes utilisent le digital pour automatiser une partie de leur activité, notamment sur des tâches récurrentes. Cette option leur permet d’orienter un conseil personnalisé avec une personne spécialisée sur la question.

Par exemple, le secteur de la finance effectue actuellement une révolution. La plupart des tâches récurrentes (qui se rapportent au transfert monétaire) se retrouvent automatisées, car elles représentent des frais importants. En contrepartie, les questions techniques d’un client s’orientent vers un conseiller spécialisé après le classement du problème par une machine.

Peut-on se passer de la digitalisation pour générer de la croissance ?

Beaucoup de PME n’ont pas encore fait leur transformation numérique, car leurs dirigeants se retrouvent éloignés de cette question. Une étude SORTLIST le démontre encore en 2020.

  • 22 % des PME n’ont pas encore de site web.
  • 38 % des PME qui détiennent un site web considèrent qu’il devrait être plus mobile friendly.
  • La création d’un contenu de qualité est la priorité pour 28 % des PME en 2020.
  • À peine 17 % des entreprises qui détiennent un site intègrent le SEO comme une priorité

Par ailleurs, certains groupes ont totalement sorti le digital de leur stratégie de croissance. Toutefois, il s’agit de marque de luxes qui recherchent l’exclusivité (leur stratégie repose sur la difficulté de les trouver). Il ne s’agit ici que d’exceptions qui confirment la règle : votre croissance dépend du numérique. C’est d’autant plus vrai si vous ne maîtrisez pas votre distribution. Pour étudier votre stratégie de croissance, il suffit de réaliser une simulation.